L’enquête préliminaire de l’ex-prêtre Daniel Moreau est fixée en août

Trois ans plus tard

Sarah-Eve Charland sarah-eve.charland@tc.tc
Publié le 29 février 2016

La cause de l’ancien prêtre Daniel Moreau se poursuit au palais de justice de Sorel-Tracy.

©TC Média - Archives

L’enquête préliminaire de l’ancien prêtre Daniel Moreau, accusé de possession de pornographie juvénile, a finalement été fixée le 24 août prochain, plus de trois ans après son arrestation.

L’enquête préliminaire consiste à déterminer si la preuve est suffisante pour justifier la tenue d’un procès. Il s’agissait de la 18e apparition du dossier de Daniel Moreau au rôle du palais de justice de Sorel-Tracy, le 17 février dernier.

Rappelons que l’homme de 59 ans fait face à sept chefs d’accusation de possession, distribution et production de matériel pornographique juvénile. Il a été arrêté en mars 2013 au presbytère de l’église Saint-Gabriel-Lalemant à Sorel-Tracy devant plusieurs voisins.

Son arrestation avait provoqué un branle-bas médiatique et semé l’émoi auprès de la population. L’homme avait été remis en liberté la semaine suivante, puis avait mentionné aux journalistes présents qu’il « regrettait profondément », sans élaborer davantage. Le contenu de la preuve durant l’enquête sur remise en liberté n’avait pas été dévoilé dans les médias en raison d’une ordonnance de non-publication.

Il a aussi dû renoncer au scoutisme dans l’Association des Aventuriers de Brownsea dans lequel il était fortement impliqué depuis 30 ans, notamment à Beloeil et à Cowansville. Il exerçait la prêtrise à Sorel-Tracy depuis 2009 et à Granby de 1996 à 2009. Le Diocèse de Saint-Hyacinthe l’a congédié le 8 mars 2013, au lendemain de son arrestation.

Sa dernière apparition devant la Cour date du 29 octobre 2015. À ce moment, l’avocat de l’accusé, Me Gilles Thibault, avait demandé qu’un expert en sexologie l’aide à faire le tri de documents pornographiques saisis pour déterminer si certaines images étaient réellement de la pornographie juvénile.