Mort de froid hors de son auto verrouillée

Décès de Roland Cartier

Julie Lambert julie.lambert@tc.tc Publié le 17 février 2016

Le corps de Roland Cartier a été retrouvé ce matin à Saint-Marc-sur-Richelieu après des recherches menées par les policiers sur le terrain.

©Photo: TC Média - Vincent Guilbault

Après des heures d’angoisse, la famille de Roland Cartier a confirmé son décès, mettant fin au suspense de sa mystérieuse disparition. C’est une fin tragique pour l’homme de 84 ans, mort seul et gelé dans un champ après s’être piégé à l’extérieur de sa voiture à Saint-Marc-sur-Richelieu, à 50 km de sa résidence.

La mauvaise nouvelle est arrivée mercredi, après que les policiers eurent découvert le corps dans la neige près de la voiture.

« Il était probablement confus et stressé en raison de la température », confie avec émotion le beau-fils de Roland Cartier et maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin. « Il a continué tout droit jusqu'au rang, qui était un cul-de-sac, où il s'est enlisé en essayant de faire demi-tour. Les clés étaient dans le contact. Il serait sorti de la voiture pour essayer d'aller chercher de l'aide et les portes se sont barrées. Les policiers ont trouvé le corps à 100 mètres de la voiture. Il est mort gelé. »

C’est une mort tragique.

Serge Péloquin

Selon le maire, des caméras de surveillance ont capté pour la dernière fois M. Cartier, vers 19h15 le 12 février, au coin du boulevard Fiset et de la rue Hôtel-Dieu. L’homme se serait ensuite dirigé vers le pont Turcotte en empruntant la rue Hôtel-Dieu puis sur la route Marie-Victorin.

Pour une raison encore inconnue, il aurait poursuivi sa route jusqu'au rang des Soixante à Saint-Marc-sur-Richelieu où sa voiture a été retrouvée après le signalement d'un citoyen.

Selon Serge Péloquin, la médication de l’octogénaire avait été changée dernièrement et l’aurait peut-être rendu confus. Les conditions météorologiques étaient par ailleurs difficiles le soir de sa disparition, ce qui aurait pu contribuer à la perte d’orientation de la victime.

Un baume sur leur peine

La chose la plus difficile pendant toute cette épreuve aura été de ne pas avoir de réponse sur les raisons de sa disparition soudaine, ajoute son beau-fils.

« On sait très bien que pour plusieurs cas de disparitions semblables à celle de mon beau-père, les familles n’obtiennent jamais de réponse », soulignait M. Péloquin.

Maintenant, les proches du défunt peuvent tourner la page et faire leur deuil même si l’issue est malheureuse. « Il y a un côté tragique face à son départ. La famille trouve difficile de savoir qu’il est mort tout seul, dans un champ et gelé. Nous sommes sans mot devant la tristesse de son décès », souligne le maire.

Le support des citoyens a été d’une aide précieuse pour la famille dans toute cette épreuve, assure-t-il. Plusieurs ont participé aux recherches et l’ont contacté au cours des derniers jours.

« Je remercie autant les enquêteurs que les personnes qui se sont déplacées dans différents secteurs pour chercher la voiture. Il n’y a pas de mots pour dire à quel point nous avons été touchés par leur solidarité face à notre situation. »

La famille a participé activement aux recherches, mentionne Serge Péloquin. Plus le temps passait, plus les chances de le retrouver en vie s’amenuisaient, conclut-il. « Nous avions gardé espoir jusqu’à la toute fin. »

Le beau-père et la femme du maire Serge Péloquin, Roland et Louise Cartier.
Photo: Gracieuseté

Évolution de l’enquête

La disparition de M. Cartier a été signalée par son fils, samedi. L'homme de 84 ans avait quitté son domicile pour se rendre à l'animalerie Mondou, située sur le boulevard Poliquin, la veille. Sa destination finale était sa résidence située près de l’église Marie-Auxiliatrice, dans le secteur Tracy, mais il ne s’y est jamais rendu.

Des recherches ont été lancées au sol samedi par la SQ. Les policiers ont ensuite survolé, lundi, de nombreux secteurs de Sorel-Tracy et ses environs.

Les recherches se sont transportées à Saint-Marc-sur-Richelieu, mercredi, après qu’un citoyen ait signalé la présence d’une voiture correspondant à la description de la voiture de M. Cartier. Un hélicoptère a brièvement survolé la zone. Des maîtres-chiens étaient aussi sur place.

À lire aussi:

- Le corps retrouvé est celui de Roland Cartier

- Le beau-père du maire vu au coin Hôtel-Dieu et Fiset pour la dernière fois

- Un proche du maire Serge Péloquin manque à l’appel

En manchette

Laurie Jussaume dépasse ses attentes

Même si elle revient les mains vides, la Contrecœuroise Laurie Jussaume a dépassé toutes ses attentes en récoltant d’excellents résultats lors des Championnats du monde sur piste Junior UCI qui se sont déroulés du 20 au 24 juillet à Aigle en Suisse.

Mort de froid hors de son auto verrouillée

Décès de Roland Cartier

Julie Lambert julie.lambert@tc.tc Publié le 17 février 2016

Le corps de Roland Cartier a été retrouvé ce matin à Saint-Marc-sur-Richelieu après des recherches menées par les policiers sur le terrain.

©Photo: TC Média - Vincent Guilbault


Après des heures d’angoisse, la famille de Roland Cartier a confirmé son décès, mettant fin au suspense de sa mystérieuse disparition. C’est une fin tragique pour l’homme de 84 ans, mort seul et gelé dans un champ après s’être piégé à l’extérieur de sa voiture à Saint-Marc-sur-Richelieu, à 50 km de sa résidence.

La mauvaise nouvelle est arrivée mercredi, après que les policiers eurent découvert le corps dans la neige près de la voiture.

« Il était probablement confus et stressé en raison de la température », confie avec émotion le beau-fils de Roland Cartier et maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin. « Il a continué tout droit jusqu'au rang, qui était un cul-de-sac, où il s'est enlisé en essayant de faire demi-tour. Les clés étaient dans le contact. Il serait sorti de la voiture pour essayer d'aller chercher de l'aide et les portes se sont barrées. Les policiers ont trouvé le corps à 100 mètres de la voiture. Il est mort gelé. »

C’est une mort tragique.

Serge Péloquin

Selon le maire, des caméras de surveillance ont capté pour la dernière fois M. Cartier, vers 19h15 le 12 février, au coin du boulevard Fiset et de la rue Hôtel-Dieu. L’homme se serait ensuite dirigé vers le pont Turcotte en empruntant la rue Hôtel-Dieu puis sur la route Marie-Victorin.

Pour une raison encore inconnue, il aurait poursuivi sa route jusqu'au rang des Soixante à Saint-Marc-sur-Richelieu où sa voiture a été retrouvée après le signalement d'un citoyen.

Selon Serge Péloquin, la médication de l’octogénaire avait été changée dernièrement et l’aurait peut-être rendu confus. Les conditions météorologiques étaient par ailleurs difficiles le soir de sa disparition, ce qui aurait pu contribuer à la perte d’orientation de la victime.

Un baume sur leur peine

La chose la plus difficile pendant toute cette épreuve aura été de ne pas avoir de réponse sur les raisons de sa disparition soudaine, ajoute son beau-fils.

« On sait très bien que pour plusieurs cas de disparitions semblables à celle de mon beau-père, les familles n’obtiennent jamais de réponse », soulignait M. Péloquin.

Maintenant, les proches du défunt peuvent tourner la page et faire leur deuil même si l’issue est malheureuse. « Il y a un côté tragique face à son départ. La famille trouve difficile de savoir qu’il est mort tout seul, dans un champ et gelé. Nous sommes sans mot devant la tristesse de son décès », souligne le maire.

Le support des citoyens a été d’une aide précieuse pour la famille dans toute cette épreuve, assure-t-il. Plusieurs ont participé aux recherches et l’ont contacté au cours des derniers jours.

« Je remercie autant les enquêteurs que les personnes qui se sont déplacées dans différents secteurs pour chercher la voiture. Il n’y a pas de mots pour dire à quel point nous avons été touchés par leur solidarité face à notre situation. »

La famille a participé activement aux recherches, mentionne Serge Péloquin. Plus le temps passait, plus les chances de le retrouver en vie s’amenuisaient, conclut-il. « Nous avions gardé espoir jusqu’à la toute fin. »

Le beau-père et la femme du maire Serge Péloquin, Roland et Louise Cartier.
Photo: Gracieuseté

Évolution de l’enquête

La disparition de M. Cartier a été signalée par son fils, samedi. L'homme de 84 ans avait quitté son domicile pour se rendre à l'animalerie Mondou, située sur le boulevard Poliquin, la veille. Sa destination finale était sa résidence située près de l’église Marie-Auxiliatrice, dans le secteur Tracy, mais il ne s’y est jamais rendu.

Des recherches ont été lancées au sol samedi par la SQ. Les policiers ont ensuite survolé, lundi, de nombreux secteurs de Sorel-Tracy et ses environs.

Les recherches se sont transportées à Saint-Marc-sur-Richelieu, mercredi, après qu’un citoyen ait signalé la présence d’une voiture correspondant à la description de la voiture de M. Cartier. Un hélicoptère a brièvement survolé la zone. Des maîtres-chiens étaient aussi sur place.

À lire aussi:

- Le corps retrouvé est celui de Roland Cartier

- Le beau-père du maire vu au coin Hôtel-Dieu et Fiset pour la dernière fois

- Un proche du maire Serge Péloquin manque à l’appel