Le fleuve hautement pollué à Sorel-Tracy

Déversement des eaux usées montréalaises

Audrey Leblanc audrey.leblanc@tc.tc Publié le 1 décembre 2015

Le professeur Gilbert Cabana a récupéré des échantillons d’eau dans les îles de Sorel, le 13 novembre.

©TC Média - Sarah-Eve Charland

Des chercheurs de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) ont réalisé une étude démontrant que le fleuve St-Laurent est hautement pollué à Sorel-Tracy, et ce, peu importe que ce soit avant, pendant ou après les grands déversements des eaux usées de Montréal.

Dans les zones les plus affectées par les déversements, à proximité de Montréal, le taux de coliformes présents (nombre de colonies bactériennes par 100 ml d’eau) est passé de moins de 20 à quelque 5000, après les déversements. Rappelons qu’un taux supérieur à 200 rend les eaux impropres à la baignade.

Or, dans les îles de Sorel, les taux de coliformes sont toujours extrêmement élevés. Ces taux peuvent aller au-delà de 6000, indépendamment des déversements des eaux usées montréalaises.

« À Sorel, on vit tous les jours ce que Montréal a vécu pendant quelques jours », indique avec le professeur et chercheur Gilbert Cabana du Département des sciences de l’environnement de l’UQTR.

À Sorel, on vit tous les jours ce que Montréal a vécu pendant quelques jours.

Gilbert Cabana

« Il ne faut pas dramatiser la situation, mais il y a là une importante prise de conscience à faire. Il y a des risques pour la santé », ajoute M. Cabana, qui a effectué les prélèvements sur le fleuve.

Inquiétudes pour le Lac St-Pierre
L'équipe du professeur Gilbert Cabana constate également que Lac St-Pierre fait office de filtre naturel, puisque les taux de coliformes baissent significativement dans la région de Trois-Rivières et Bécancour.

Le fleuve est pollué à la hauteur de Sorel-Tracy et Sainte-Anne-de-Sorel.
Photo: TC Média – Louise Grégoire-Racicot

« Ce n'est vraiment pas une bonne idée d'utiliser le Lac St-Pierre de cette façon, s'inquiète. M. Cabana. Ce plan d’eau retient une énorme quantité de matières polluantes. Cela a des impacts importants sur son écosystème. Déjà, on peut voir que des plantes aquatiques disparaissent. Par contre, il n'y a pas que les déversements de Montréal qui ont des impacts. Je pense notamment aux pesticides utilisés en agriculture. Mais déjà, si on peut régler la question de Montréal, ce sera ça. »

En termes de degré de contamination, le fleuve Saint-Laurent ne présente pas un portrait homogène : la présence de pollution varie considérablement d’un point à l’autre, notamment en raison de la présence de masses d’eau et de courants distincts.

« À partir de Sorel-Tracy et jusqu’à Bécancour, les déversements n’ont pas eu d’impact sur les taux habituels de coliformes », explique M. Cabana. Les taux de coliformes à Bécancour sont environ de 200 alors qu'à Trois-Rivières les taux se situent entre 300 et 400.

En manchette

Un homme est secouru des eaux aux écluses à Saint-Roch

SAUVETAGE. Un homme qui a chuté de sa motomarine près du barrage du côté de Saint-Roch s'est retrouvé coincé dans les remous, vendredi en début de soirée. La victime a été secourue par un bateau de la Garde côtière et s'en est sortie avec une bonne frousse, mais aucune blessure.

Bacs bruns dès mai 2017 : des économies de 230 000$

Les résidents de la MRC de Pierre-De Saurel recevront en février et mars 2017 les deux bacs bruns qu’ils utiliseront pour disposer de leurs résidus verts et alimentaires. Une démarche environnementale qui permettra le compostage de ces matières plutôt que leur enfouissement comme c’est le cas depuis 2010.

Le fleuve hautement pollué à Sorel-Tracy

Déversement des eaux usées montréalaises

Audrey Leblanc audrey.leblanc@tc.tc Publié le 1 décembre 2015

Le professeur Gilbert Cabana a récupéré des échantillons d’eau dans les îles de Sorel, le 13 novembre.

©TC Média - Sarah-Eve Charland


Des chercheurs de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) ont réalisé une étude démontrant que le fleuve St-Laurent est hautement pollué à Sorel-Tracy, et ce, peu importe que ce soit avant, pendant ou après les grands déversements des eaux usées de Montréal.

Dans les zones les plus affectées par les déversements, à proximité de Montréal, le taux de coliformes présents (nombre de colonies bactériennes par 100 ml d’eau) est passé de moins de 20 à quelque 5000, après les déversements. Rappelons qu’un taux supérieur à 200 rend les eaux impropres à la baignade.

Or, dans les îles de Sorel, les taux de coliformes sont toujours extrêmement élevés. Ces taux peuvent aller au-delà de 6000, indépendamment des déversements des eaux usées montréalaises.

« À Sorel, on vit tous les jours ce que Montréal a vécu pendant quelques jours », indique avec le professeur et chercheur Gilbert Cabana du Département des sciences de l’environnement de l’UQTR.

À Sorel, on vit tous les jours ce que Montréal a vécu pendant quelques jours.

Gilbert Cabana

« Il ne faut pas dramatiser la situation, mais il y a là une importante prise de conscience à faire. Il y a des risques pour la santé », ajoute M. Cabana, qui a effectué les prélèvements sur le fleuve.

Inquiétudes pour le Lac St-Pierre
L'équipe du professeur Gilbert Cabana constate également que Lac St-Pierre fait office de filtre naturel, puisque les taux de coliformes baissent significativement dans la région de Trois-Rivières et Bécancour.

Le fleuve est pollué à la hauteur de Sorel-Tracy et Sainte-Anne-de-Sorel.
Photo: TC Média – Louise Grégoire-Racicot

« Ce n'est vraiment pas une bonne idée d'utiliser le Lac St-Pierre de cette façon, s'inquiète. M. Cabana. Ce plan d’eau retient une énorme quantité de matières polluantes. Cela a des impacts importants sur son écosystème. Déjà, on peut voir que des plantes aquatiques disparaissent. Par contre, il n'y a pas que les déversements de Montréal qui ont des impacts. Je pense notamment aux pesticides utilisés en agriculture. Mais déjà, si on peut régler la question de Montréal, ce sera ça. »

En termes de degré de contamination, le fleuve Saint-Laurent ne présente pas un portrait homogène : la présence de pollution varie considérablement d’un point à l’autre, notamment en raison de la présence de masses d’eau et de courants distincts.

« À partir de Sorel-Tracy et jusqu’à Bécancour, les déversements n’ont pas eu d’impact sur les taux habituels de coliformes », explique M. Cabana. Les taux de coliformes à Bécancour sont environ de 200 alors qu'à Trois-Rivières les taux se situent entre 300 et 400.