L’entrepreneur Luc Poirier finance une étude pour un pont entre Sorel et Berthier

Le projet de pont entre Sorel-Tracy et Berthierville refait surface

Julie Lambert julie.lambert@tc.tc
Publié le 8 décembre 2015

L’homme d’affaires Luc Poirier croit au projet de pont reliant Sorel-Tracy et Berthierville.

©Photo: Gracieuseté

L’homme d’affaires Luc Poirier, connu comme le « millionnaire d’Occupation double », a reçu l’appui de la Ville de Sorel-Tracy pour réaliser une étude de préfaisabilité afin de construire un pont payant reliant les deux rives du fleuve Saint-Laurent à la hauteur de la municipalité.

En entrevue avec le Journal, l’homme d’affaires a mentionné que le rapport de l’étude pourrait être déposé en mars prochain. Deux années seraient nécessaires pour obtenir les autorisations environnementales et deux autres pour la construction.

« Je finance entièrement l’étude qui coûtera des centaines de milliers de dollars. On sait que ce ne serait pas rentable avant une cinquantaine d’années. Ce n’est pas juste un projet que l’on réalise pour l’argent. J’aime les défis et on espère que tout le monde nous appuiera dans notre démarche », confie-t-il.

Une nécessité

M. Poirier a expliqué qu’il travaille déjà sur le projet avec une firme d’ingénierie depuis quelques mois. Il s’inscrit dans un autre de ses plans, soit de construire un tunnel reliant la Rive-Sud et la Ville de Montréal.

L’entrepreneur se dit conscient des problématiques vécues par un bon nombre de citoyens et de travailleurs résidant sur les deux rives du fleuve et obligés d’emprunter les ponts de Montréal ou de Trois-Rivières pour traverser lorsque le traversier est indisponible. Il croit ce pont indispensable pour la région.

« En 2012, j’avais déjà regardé cette possibilité. La récente grève au traversier a soulevé une fois de plus l’importance de réaliser une étude de faisabilité. Cela comblerait un besoin primaire en plus de répondre à un besoin de sécurité et économique », mentionne-t-il.

C’est une nécessité, pas un luxe. Luc Poirier

Le pont levant, c’est-à-dire qu’il se lèverait au passage de bateaux d’une certaine hauteur, serait entièrement financé par le privé. Le projet est estimé à 250 M$. Il faudra entre autres analyser si un pont levant est possible en fonction du nombre de gros bateaux qui passent et la hauteur nécessaire pour le pont.

Un appui indispensable

Le projet a reçu l’appui de la municipalité par voie de résolution lors du conseil de Ville de Sorel-Tracy le 7 décembre dernier. Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, a reconnu qu’un pont pourrait diminuer les impacts sur la région lors d’un problème avec la traverse, mais aussi lors de la fermeture d’infrastructures de la Ville de Montréal.

Rappelons que des centaines de voitures se sont entassées sur les rues Phipps, Augusta et même Élizabeth au centre-ville de Sorel-Tracy le 20 août dernier lorsqu’un feu dans le tunnel Louis-Hyppolite-La Fontaine à Montréal a entravé l’accès au tunnel et l’autoroute 20 à la hauteur de Boucherville.

« Cela nous permettra de régler la question une bonne fois pour toutes. Il faut se poser la question et en plus, ce projet serait entièrement financé par le privé. Il faut s’engager l’ensemble des municipalités et des citoyens. Le conseil de ville a donc dit oui pour aller de l’avant », explique M. Péloquin.

À lire aussi:

- Plus de 2500 personnes signent une pétition en faveur du projet

- Le projet du pont fait à nouveau rêver

Qui est Luc Poirier?
-       Il est âgé de 39 ans
-       Président d’Investissement Poirier, firme qu’il a fondée au début des années 2000
-       Investisseur/actionnaire de plus de 21 autres compagnies
-       Initiateur de plusieurs projets majeurs, dont Saint-Lambert sur le Golf
-       Promoteur de projets d’une tour de 10 étages sur René-Lévesque dont le nom sera RUBIC
-       Acheteur de l’hôpital de Montréal pour enfants afin d’y construire un stade de baseball
-       Il a un projet de construction d’un tunnel entre la Rive-Sud et Montréal depuis 2013
-        Il est aussi connu sous le nom du « millionnaire d’Occupation double » depuis sa participation à l’émission en 2008